Maxime Couturier, photographe

Installé à Bordeaux, Maxime Couturier développe une approche ouverte et éclectique de la photographie. Elle est à la fois portée par un désir de critique sociale et guidée par l’envie d’expérimenter des formes ou des dispositifs d’interventions. Aujourd’hui, son travail personnel s’oriente de plus en plus autour de portraits mis en scène qu’il co-construit avec les sujets photographiés.

La réalisation d’un projet photographique est d’abord perçue comme un espace d’échanges et de jeu, où peu de règles existent sinon celles que l’auteur se fixe ; le sens que l’on donne à l’image importe moins que le développement d’un imaginaire. Dans cette optique les collaborations avec d’autres disciplines se multiplient (écriture, dessin, son, installation, performance, arts numériques, édition, etc) pour faire de la photographie un objet vivant, en plus d’être dotée d’une fonction sociale importante.

En commande, Maxime Couturier travaille entre autres pour les secteurs du culturel, de la communication, de l’industrie ou des ONG. Depuis 2011 il documente les actions de Médecins du Monde auprès de toxicomanes, en France et à l’étranger, par des reportages ou des séries de portraits, publiés sous forme de Petites Œuvres Multimedia (films/diaporamas sonores), de livres, ou d’expositions. Il est aussi salarié du secteur social où il coordonne des ateliers artistiques et des projets culturels auprès de personnes en grande précarité.

— Le site officiel —
— Lire tous les articles dans le cadre du projet —