Les rituels sont de toute part

Lors d’une réunion préparatoire, on apprend que les personnes âgées sont très ritualisées et qu’il faudra travailler avec ça, à l’intérieur de ça. Mais les tout-petits aussi ont des rituels et les plus grands n’en parlons pas ! Ceux des vieux sont-ils plus forts ou sont-ils simplement plus apparents parce que le reste prend moins de place ? Le reste c’est-à-dire : les occupations qui vont avec le corps bien portant, une vie sociale développée, l’agitation. Faut-il s’étonner de faire avec les rituels, c’est-à-dire les socles sur lesquels chacun, vieux ou pas, construit son existence au quotidien ?

« On est dans l’inconnu. » Les aides-soignantes aussi sont hésitantes et désarçonnées par cette nouveauté qui vient et qui consiste à travailler avec des non-soignants, à se voir accompagnées chez les bénéficiaires par des personnes dont les préoccupations et les manières de penser et d’agir sont tout autres. Les rituels sont de toute part.

Labrit_3518

Labrit, le 25 juin 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *