Les feuilles du temps

Chez Simone Boirie, il y a plusieurs calendriers accrochés au mur de la cuisine, tous d’une année différente. Pendant qu’Isabelle Loubère lui dit un conte au creux de l’oreille – une histoire rapportée d’une époque indéterminée (de toutes les enfances réunies peut-être) -, je me demande comment on en vient à garder si longtemps devant soi, sans l’avoir jamais entamé, un calendrier à effeuiller de 2001.

Est-ce un hasard ? Est-ce volontaire ? Un oubli ? Un défi ? Peut-on tenir toute une année en joue, indéfiniment ? Se prémunir du mouvement des jours en refusant de les effeuiller l’un après l’autre ?

Il était une fois une dame si vieille qu’elle pouvait choisir parmi les innombrables années qu’elle avait vécues celles qui lui convenaient et celles qui ne lui convenaient pas…

BOIRIE_1397

One comment

  • Si nous avons ce sentiment si fort de manquer de temps, de courir après lui…. il me semble que lorsque l’on vieillit le temps est suspendu… entre parenthèses. Les heures s’écoulent sans que l’ennuie s’y engouffre ??
    Leur temps est leur passé, leur histoire ?? Pourtant, de part leurs dires et leurs êtres ils constituent la nôtre…. histoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *